“Dernière séance avant minuit” de Christopher Edge : fantômes et frissons !

 

Ecrire un roman

 

Ce mois-ci pour ma chronique jeunesse mensuelle pour le site Écrire Un Roman, j’ai choisi d’emmener nos jeunes lecteurs à la découverte du Londres des années 1900. Et pour fêter Halloween, j’ai trouvé ce roman jeunesse idéal, qui mêle mystère, histoire et frissons, saupoudré de quelques notes de fantastique !

Même si au départ je pensais vous parler de « Douze minutes avant minuit » , c’est finalement le deuxième volet de la série de Christopher Edge paru aux éditions Flammarion, qui m’a le plus attirée : « Dernière séance avant minuit », mettant en scène la même héroïne, Pénélope Tredwell.

 

Dernière séance avant minuit Christopher Edge

“Dernière séance avant minuit” de Christopher Edge, paru aux Éditions Flammarion. Photo Monia Boubaker

 

Pénélope Tredwell a 13 ans, et après la mort de ses parents, elle a hérité du magazine « Le Frisson Illustré » où elle écrit de passionnantes et terrifiantes histoires sous le pseudonyme de Montgomery Flinch. Parce qu’il semblerait bizarre et mal interprété que ces histoires viennent de la plume d’une si jeune fille, Pénélope engage Monty Maples pour être la représentation publique de Montgomery Flinch, notamment lors de lectures publiques. Mais Monty Maples est fatigué de ce rôle qu’il joue et ne rêve que de succès à la hauteur de son talent, dans les plus beaux théâtres. À ce moment précis, débarque au Frisson Illustré, Edward Gold, propriétaire de la Société du Cinématographe Alchimique, qui propose d’adapter à l’écran une des histoires de Montgomery Flinch, « L’héritère des ténèbres » promettant de transformer ce succès littéraire en gloire cinématographique. Monty Maples, aux anges, accepte, assoiffé de gloire, et impatient de devenir cet acteur adulé. Pénélope n’a d’autre choix que de suivre, et est obligée d’admettre que si l’adaptation est réussie, cela pourrait amener de nouveaux lecteurs au journal. Bien que méfiante, le contrat est signé et le tournage commence. Mais bientôt, d’étranges événements se produisent… Qui est vraiment Edward Gold ? Et que cache donc son invention, qu’il appelle le Véritoscope ?

J’ai trouvé ce roman jeunesse particulièrement réussi, avec une écriture aux descriptions et vocabulaire riches, qui nous plongent au cœur de cette époque, en tissant au fil des pages une atmosphère de plus en plus inquiétante.

 

(…) Mais les temps changent, continua Gold. Le public commence à se lasser de voir toujours les mêmes scènes – des films de courses de tortues, de chevauchées à dos d’âne et de combats de boxe. Les scènes de la vie quotidienne, ça ne suffit plus. Le public est avide de distractions plus élaborées. Certains se sont lancés dans des films qui font vaguement peur, des petites frayeurs sans ambition qui vacillent dans les ténèbres ! Mais le public est assoiffé de sensations plus fortes. Des énigmes, des drames, du suspense ; une histoire vraie qui les ensorcèle pendant qu’ils sont rassemblés dans l’obscurité des salles.

Le réalisateur de films fixait Monty d’un regard qui ne cillait pas.

– Des histoires comme les vôtres, M. Flinch, conclut-il.(…)

 

J’ai été emportée par cette histoire dès les premières lignes, et j’ai lu ce roman qui compte 300 pages vraiment très rapidement !

J’ai trouvé aussi très intéressant le fait d’être ramenée à l’époque des débuts du cinématographe, il apporte une note d’histoire que j’ai beaucoup appréciée.

 

(…) Un rayon de lumière argentée jaillit de l’objectif du Véritoscope, colorant le mur d’une teinte sépia. Tournée vers ce qui tenait lieu d’écran, Penny observa le sépia virer doucement au doré. Des volutes tourbillonnantes dérivaient comme des traînées de brume d’un bout à l’autre du mur, bizarrement différentes des lignes noir et blanc strictement définies qu’elle avait vues au spectacle de la fête foraine. Fascinée, Penny regarda ces formes se fondre finalement en masses identifiables et une scène figée surgit soudain à l’écran. Elle retint un cri. (…)

 

Parce que j’ai parfois trouvé le vocabulaire un peu difficile, dû aussi au langage de l’époque représentée, (d’ailleurs, j’ai souvent oublié que Pénélope n’avait que 13 ans !) je conseillerais ce roman jeunesse à partir de 13 ans.

Amateurs du Londres ancien, de spectres, fantômes et autres manifestations mystérieuses, voilà une histoire qui est faite pour vous !

4 comments for ““Dernière séance avant minuit” de Christopher Edge : fantômes et frissons !

  1. 5 novembre 2015 at 12 h 59 min

    Je sens que mes ados vont adorer.

  2. 5 novembre 2015 at 18 h 33 min

    Je trouve dommage que certains auteurs jeunesse rajeunissent un peu trop leurs personnages dans le but d’attirer de jeunes lecteurs. Du coup le livre peut-être parfois un peu difficile, et les héros un peu trop matures 🙂

    • 5 novembre 2015 at 18 h 41 min

      Oui c’est vrai, et c’est le cas ici ; j’ai souvent oublié que l’héroïne n’avait que 13 ans, notamment parce qu’elle possède ce fameux journal “Le Frisson Illustré”, et aussi parce que sa façon de parler était plus celle d’un jeune adulte ! Après, dans ce roman jeunesse, l’époque joue aussi, mais bon… 🙂 Cela dit, le tout m’a convaincue et j’ai maintenant très envie de découvrir une autre aventure de Pénélope Tredwell !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.