Action, suspense et humour pour ce très bon polar de Nils Barrellon !

Le jeu de l'assassin - Nils Barrellon

“Le jeu de l’assassin” de Nils Barrellon, paru chez City Éditions. Photo Monia Boubaker

 

Voilà un bon moment que j’avais très envie de découvrir cet auteur ! Ses deux romans, « Le jeu de l’assassin » et « La fille qui en savait trop » me tentaient beaucoup. Les deux livres mettant en scène le même personnage principal, le commissaire Kuhn, c’est donc par le premier, « Le jeu de l’assassin », que j’ai décidé de commencer.

Ce premier roman a été une très bonne surprise, car en plus du suspense, l’humour est très présent, chose que je n’avais pas deviné en lisant le résumé, ni en regardant la couverture. Une excellente surprise donc, une lecture comme je les aime, et que j’ai savourée jusqu’au dernier mot !

Pour aborder un peu l’histoire, nous sommes donc à Paris, plus précisément dans le quartier de la goutte d’or, dans le 18ème, où le cadavre d’une jeune femme est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Le commissaire Khun, est saisi de l’affaire, et cette première victime est rapidement identifiée. Mais bientôt, d’autres corps sont retrouvés, dont les multiples blessures présentent des similitudes avec le premier. Malgré les semblants de pistes, l’enquête finit par s’enliser. Et le meurtrier n’a pas peur de se montrer…

Dès les premières lignes, j’ai complètement adhéré au style d’écriture de l’auteur et ai entrevu les notes d’humour qui parsèmeront tout le livre, pour mon plus grand plaisir. Ceux qui viennent souvent me rendre visite ici et qui me lisent régulièrement, savent que la combinaison suspense/humour est celle que je préfère, et de loin. Autant vous dire qu’avec Nils Barrellon, j’ai vraiment été gâtée !

 

[…]

– Qu’est-ce qu’on a ?

– Une femme de type africain. Assassinée.

– Où est le corps ?

– Entre les rails de chemin de fer, au niveau de la gare du Nord. Sous le pont du boulevard de la chapelle.

– Tu y es, là ?

– Dans deux minutes, nous sommes encore dans la voiture.

– Qui est avec toi ?

– Anissa.

Par réflexe, je jette un œil sur mon poignet gauche à l’endroit où je porte d’ordinaire ma Speed-Master (quand je ne sors pas précipitamment de chez moi à la recherche d’une bonne tartine de pain frais). Superbe tocante suisse que mon ex-femme m’a offerte pour mes trente ans.

– Quelle heure est-il ?

– Huit heures quatorze, répond Letellier qui doit lire l’horloge du tableau de bord pour être si précis.

– OK. Je prends une douche et un café et je suis sur place dans…

Depuis Vanves, je prends le périph’ jusqu’à la porte de la Chapelle. À cette heure-ci, un dimanche, il sera fluide. J’enchaîne sur la rue Marx-Darmoy…

– J’y suis dans une trentaine de minutes. À tout de suite.

Je raccroche. Une pièce de puzzle verte sur l’écran de mon Samsung m’indique que j’ai reçu un sms. Je l’ouvre. HA ! HA ! HA ! Une erreur certainement. J’efface. […]

 

[…] Je me retourne et tombe nez à nez avec le procureur de la République Gardieux. Costume de lin beige, mocassins à pompons en cuir retourné, chemise blanche, le magistrat est en mode été. Malgré cette tenue vestimentaire plus décontractée qu’à l’habitude, c’est le même visage sévère qui fait face. Ses traits sont si durs que je n’arrive pas à l’imaginer en maillot de bain, sur la plage, en train de remplir une grille de sudoku. À la cool, quoi ! Nous avons le même âge ; pourtant, il en paraît dix de plus. Peut-être sa calvitie…

– Monsieur le procureur. Bonjour.

– Bonjour.

– Quelle élégance, dites-moi !

Il mime à merveille celui qui n’a pas entendu.

– Vous en pensez quoi ?

– Pour être tout à fait franc, rien du tout. J’arrive, il faut dire.

– De toute façon, je vous saisis de l’affaire. Je vous appelle dès que j’ai obtenu la date de l’autopsie. Vous m’excuserez, mais je ne peux pas rester plus longtemps. À bientôt, commissaire.

[…]

 

J’ai trouvé qu’il y avait pas mal d’action, et je ne me suis pas ennuyée une seconde. « Le jeu de l’assassin » est également un polar bien documenté. Les détails bien pensés et le jargon policier rendent le tout très crédible même si j’aurais voulu que ces derniers soient peut-être un peu moins présents. Mais je suis obligée d’admettre qu’ils collent parfaitement à l’ambiance et vont comme un gant aux personnages.

Malgré quelques petites ficelles déjà vues, mais qui ne m’ont absolument pas empêchée d’être absorbée par l’histoire, j’ai beaucoup aimé cette course contre la montre à travers le quartier de la goutte d’or, les descriptions, mais aussi les nombreuses références à Jack l’éventreur.

Pour finir, je dirais simplement que « Le jeu de l’assassin » est un très bon polar ; le personnage du commissaire Kuhn a été une belle rencontre, et j’ai hâte de le découvrir dans sa seconde enquête !

Nils Barrellon est un auteur talentueux que je suivrai désormais et que je vous encourage vivement à découvrir !

2 comments for “Action, suspense et humour pour ce très bon polar de Nils Barrellon !

  1. 17 avril 2016 at 17 h 52 min

    Une lecture que j’avais bien aimée.

Répondre à Ô hasard des mots Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.