“Les gouttes de Dieu” de Tadashi AGI et Shu OKIMOTO, un manga… enivrant !

Les gouttes de Dieu

“Les gouttes de Dieu” de Tadashi AGI et Shu OKIMOTO.
Photo Monia Boubaker

 

Les mangas, c’est une forme de littérature que je connais très peu. Je suis donc complètement novice, mais j’ai eu envie de découvrir, et aussi de vous faire partager cet univers particulier qui n’en est pas moins intéressant, bien au contraire !

À la recherche d’une histoire qui pourrait m’intéresser dans toutes ces étagères bien remplies d’auteurs qui m’étaient totalement inconnus, mon regard croise alors cette série de mangas « Les gouttes de Dieu » de Tadashi AGI et Shu OKIMOTO. En lisant le résumé de quatrième de couverture, j’apprends qu’il s’agit d’une histoire qui se passe dans le monde du vin et de l’art qu’est l’œnologie. Je ne vous cache pas qu’habitant tout près de Bordeaux et appréciant moi-même, et de plus en plus cet excellent breuvage, je me suis dit, tout simplement : pourquoi pas ? J’ai pensé que ce serait une belle introduction à cet univers !

Je vous dis quelques mots de l’histoire :

Shizuku Kanzaki est le fils d’un célèbre œnologue Yutaka Kanzaki. Mais Shizuku, lui, ne s’intéresse absolument pas au vin, il n’en boit jamais, et travaille même comme commercial pour une marque de bière, la bière Taiyo. Puis un jour, Shizuku apprend le décès de son père, et que celui-ci lègue sa collection de bouteilles, unique et précieuse, très convoitée. Mais Shizuku se voit confier par la collaboratrice de son père, que dans ce testament, son père a décrit 12 grands crus choisis par ses soins ainsi qu’un treizième, qu’il qualifie de son vin idéal et qu’il nomme « Les gouttes de Dieu ». Le testament est clair : s’il parvient à découvrir de quels vins et de quels millésimes il s’agit, y compris le treizième, Shizuku recevra alors la totalité de son héritage. Mais alors que la tâche lui paraît déjà ardue, Shizuku découvre l’existence d’un frère adoptif, œnologue de surcroît, qui se battra, lui aussi pour bénéficier de cet héritage.

Manga Les gouttes de Dieu

Page 13 du tome 1, “Les gouttes de Dieu” de Tadashi AGI et Shu OKIMOTO.
Photo Monia Boubaker

Après avoir intégré le fait que le manga se lisait de droite à gauche, (c’est un petit détail, mais c’est un peu perturbant au début surtout pour l’ordre des bulles !) On s’attache petit à petit aux personnages, à cette histoire abordée non sans un brin d’humour, et on suit le héros dans cette quête dans laquelle il se lance, pour tenter de nommer ces treize grands crus. J’ai été très surprise par le nombre d’informations et les connaissances que l’on acquiert sur le vin dans simplement un seul tome ! Dans le premier tome de ce manga, « Les gouttes de Dieu » on y parle de la différence entre le Bordeaux et le Bourgogne, on y apprend les noms de prestigieux châteaux, et l’on a même à la fin du tome, des informations plus complètes sur les différentes appellations des vins, les millésimes, l’art de décanter (mettre en carafe un vin pour en libérer tous les arômes)… Une source d’information très riche ! Dans « Les gouttes de Dieu » il est souvent question des odeurs et arômes dégagés par le vin et cela nous démontre que pour apprécier le vin et le reconnaître, il faut être doté d’une grande sensibilité. Au fil des pages, on a même l’impression de les sentir réellement !

L’environnement de l’histoire, mais aussi les dessins, m’ont emmenée loin de ce que je connaissais déjà, et j’ai été véritablement surprise par cet univers. Je n’ai lu pour le moment que le premier tome (dans cette série qui n’en compte pas moins de 33 !) mais je ne m’arrêterai pas là ! Et je pense même me servir un bon verre de vin pour apprécier dignement ce tome 2 !

Tadashi AGI est un écrivain et un scénariste japonais de mangas et de cinéma. Il a notamment écrit les scénarios de « Détective academy Q », « Les enquêtes de Kindaichi », « Shibatora », « Bloody monday »…

Shu OKIMOTO est dessinatrice et encore peu connue au niveau international. Elle a illustré tous les tomes des mangas « Les gouttes de Dieu ».

 

“La page blanche” de Boulet et Pénélope Bagieu, un moment… mystérieux !

Pénélope Bagieu

“La page blanche” de Boulet et Pénélope Bagieu, paru aux éditions Delcourt.
Photo Monia Boubaker

 

Cet après midi, on parle albums de Bandes dessinées ! Un album illustré par Pénélope Bagieu, ça vous dit ?

Parce que ce jour-là j’avais envie de dessins, de couleurs, et de changer un peu d’univers, la couverture de l’album “La page blanche” et le résumé de quatrième de couverture ont tout de suite retenu mon attention. Et comme en plus Boulet est aux commandes du scénario et Pénélope Bagieu des illustrations, alors je n’avais plus à hésiter !

L’histoire a un peu piqué ma curiosité : elle est celle d’une jeune femme qui se retrouve un soir sur un banc, à Paris, sans arriver à se rappeler ce qu’elle fait là, pourquoi elle est là, ni même qui elle est.

 

Pénélope Bagieu

Première page de “La page blanche” de Boulet et Pénélope Bagieu.
Photo Monia Boubaker

 

A travers les pages de “La page blanche“, on se laisse embarquer par cette histoire quelque peu étrange, et on cherche avec elle, car on a très envie de savoir pourquoi elle a perdu la mémoire, et si elle la retrouvera un jour. Mais chut, je ne vous en dis pas plus !

Les dessins de Pénélope Bagieu sont simples et efficaces. La rondeur et la souplesse de son trait sont vraiment très agréables et personnellement, j’adore sa façon d’écrire les textes ! L’écriture cursive donne un aspect sensible et très féminin à ses réalisations.

L’histoire de “La page blanche” est abordée avec fraîcheur, sensibilité et humour, j’ai passé un très bon moment !

 

Boulet est un auteur, scénariste et dessinateur de bandes dessinées français. Il a réalisé de nombreuses pages du magazine Tchô ! et il tient également un blog dessiné, depuis 2004, Bouletcorp.com. Il participe toujours régulièrement au magazine Tchô ! et a aussi pris la suite de Lewis Trondheim pour le dessin de la bande dessinée Donjon Zénith. Il a réalisé entre autres, les séries “Notes”, “Raghnarok”, “la rubrique scientifique”…

Pénélope Bagieu est auteur de bandes dessinées et illustratrice. Elle a travaillé sur des campagnes de publicité, sur des couvertures de livres, mais également sur des publications de presse. Elle a crée son blog “Ma vie est tout à fait fascinante” où elle y parle de sa vie quotidienne, où elle y illustre ses voyages… Elle a réalisé notamment les albums “Joséphine” (en trois tomes), “cadavre exquis”, et “Stars of the stars” qui lui, a été réalisé en collaboration avec le talentueux Joann Sfar.

“Jamais vue” d’Alafair Burke

Alafair Burke

“Jamais vue” d’Alafair Burke aux éditions Points.
Photo Monia Boubaker

En tant que grande amatrice de polars, je dois dire que « Jamais vue » d’Alafair Burke en est un que j’ai littéralement dévoré et il fait maintenant partie de mes coups de cœur dans cette catégorie !

Alafair Burke nous surprend et tire magistralement les ficelles de ce polar très habilement construit.

L’enquête est sobre, et ici, pas de détails sanglants sur le meurtre ; tout se joue sur des détails, des indices disséminés au fil des pages, que l’on tente de réunir et d’imbriquer, comme les pièces d’un puzzle.

Cette enquête nous mène de rebondissements en rebondissements, jusqu’à son dénouement, vraiment surprenant, inattendu.

Pour l’histoire, tout commence à Manhattan, où Alice Humphrey, 37 ans, se retrouve sans emploi après un licenciement. Lors d’un vernissage, elle rencontre Drew Campbell, qui lui propose de diriger la galerie Highline. Le travail rêvé pour Alice, qui ne s’est jamais vue travailler ailleurs que dans le monde de l’art. Jusqu’au jour où après un premier vernissage aux œuvres très controversées, elle découvre à la galerie, le cadavre de Drew Campbell, assassiné. Alors que les preuves la désignent comme coupable, Alice va devoir se battre pour prouver son innocence, tiraillée entre des histoires familiales compliquées et sa recherche de la vérité.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre ! J’ai été captivée par l’histoire dès les premières pages et je me suis rapidement attachée au personnage principal, Alice Humphrey que je voulais voir se sortir de cette situation sordide. Le suspens va crescendo et les chapitres courts donnent un rythme soutenu à ce polar que l’on voudrait lire d’une traite.

Alafair Burke est un auteur que je suivrai désormais, j’attends déjà avec une grande impatience son prochain roman !

Alafair Burke est née en 1969, est professeur de droit, et a écrit plusieurs romans dont seul « Jamais vue » a été traduit en Français. Elle est la fille du célèbre écrivain de romans policiers, James Lee Burke.

http://alafairburke.com/

Version papier (7,90 €)

Ma participation au Liebster Award !

liebster award

Hier j’ai été nominée par le blog “J’aime la pluie” pour participer au Liebster Award. La règle étant de répondre à 11 questions et de poser à mon tour 11 autres questions à des blogueurs qui ont moins de 200 abonnés sur Hellocoton.

C’est avec plaisir que je me prête au jeu !

 

Voici les 11 questions qui m’ont été posées :

1/ Dans quelle ville habitez-vous ?

J’habite à Eysines, tout près de bordeaux.

 

2/ De quel voyage gardez-vous le meilleur souvenir ?

Sans hésitation, mes vacances en Indonésie, à Bali ! J’y suis allée déjà deux fois et je rêve d’y retourner. Ce mélange de zen, de senteurs, de sourires, de paysages magnifiques… Un régal !

 

3/ Quelle ville ou région de France aimeriez-vous visiter ?

La Corse, et le Jura pour mes envies du moment de lacs, de cascades !

 

4/ Quelle est votre saison préférée et pourquoi ?

Le printemps ! J’apprécie énormément les premiers soleils, la nature qui se réveille… et comme je n’aime ni les grosses chaleur ni le froid, c’est la saison idéale pour moi !

 

5/ Quel est votre moment préféré de la journée ?

Le soir quand je me glisse sous la couette avec un bon livre ! C’est mon moment, celui qui me permet de m’évader…

 

6/ Votre rêve dans la vie ?

Si je devais n’en citer qu’un, ce serait certainement de pouvoir vivre confortablement de mon activité d’illustratrice et de mon blog littéraire. J’y mets tout mon cœur et toute mon énergie !

 

7/ Que préférez-vous faire le week-end ?

Me détendre, profiter de moments avec ma moitié, regarder des films ou des séries, griffonner quelques croquis, et lire (oui encore ! je n’en ai jamais assez !)

 

8/ Zones piétonnes ou centres commerciaux ?

Certainement les zones piétonnes, mais je ne suis pas une fan de balades en ville ni même de shopping, je fuis les endroits trop fréquentés ! Je recherche plutôt les coins de nature, le calme…

 

9/ Train ou avion ?

L’avion, sans hésiter ! J’aime énormément voyager, et loin ! Je suis encore impressionnée de pouvoir en seulement quelques heures mettre le pied dans un autre pays ou sur un autre continent, et de pouvoir découvrir une autre culture.

 

10/ Quelle est votre chanson préférée ?

Ma playlist change souvent en fonction de mes envies, des moments. Je dirais que celle que j’écoute le plus ces dernières semaines, c’est “Let her go” de Passengers.

 

11/ Votre meilleur souvenir de blogueuse à ce jour ?

Étant une toute jeune blogueuse car j’ai commencé il y a peu, je dirais le lancement de mon blog, et aussi de constater que mes articles intéressent. C’est une grande joie, une récompense énorme, ça m’encourage beaucoup.

 

Voici maintenant les 11 blogueurs que je nomine :

Sue http://makemeaplace.over-blog.com/

Johanne http://www.livressedesmots.com

Marie-France http://ilpleutsurmavie.publicoton.fr/

Nathalie http://lavaliseafleurs.com/

Ysanya http://au-bonheur-de-lire.eklablog.com/

Sandra http://sandrasbz.unblog.fr/

Dimitri http://artetglam.blogspot.fr/

Marie http://revebleulavande.wordpress.com/

Lætitia http://envies-de-livres.blogspot.fr/

Faelys http://www.petitesmadeleines.fr

Emily http://www.chapelier-fou.com/blog/

Et mes 11 questions :

1/ Si tu devais décrire ton blog en trois mots ?

2/ Une envie un peu folle qui t’a traversé l’esprit ces jours-ci ?

3/ As-tu un livre ou un film référence ?

4/ Quelle est pour toi la journée idéale ?

5/ As-tu un porte-bonheur ?

6/ Si on te donnait l’opportunité là, tout de suite, de t’emmener vers la destination de tes rêves, quelle serait-elle ?

7/ Il y a t’ il une couleur que tu ne porterais jamais ?

8/ Un indice sur le prochain article que tu publieras ?

9/ Tu es plutôt ville ou campagne ?

10/ Pour toi, une journée ne commence pas sans… ?

11/ Ta plus belle réussite ?

 

“Aux prises avec la mort” de Peter James. Des frissons pour cette rentrée !

Peter James

“Aux prises avec la mort” de Peter James, paru aux éditions Pocket.
Photo : Monia Boubaker

 

Ce polar de Peter James, “Aux prises avec la mort“, a été le second livre que j’ai dévoré pendant mes vacances. Le premier était “Ne lâche pas ma main” de Michel Bussi qui m’avait fait voyager au soleil, avec une enquête se déroulant sur l’île de la Réunion, et dont je vous avais parlé dans ce précédent article.

Cette fois-ci, et dans un style très différent, avec Peter James, nous partons au Royaume Uni, à Brighton, où on y retrouve le climat anglais un brin capricieux qui m’avait déjà laissé apercevoir, à ce moment là, un petit air de rentrée.

Il y a des journées qui commencent par un évènement capable de bouleverser votre vie à tout jamais. C’est le cas de Carly Chase, dont la vie bascule un matin d’avril. Au lendemain d’une soirée bien arrosée, Carly, en retard, se dépêche de partir pour déposer son fils Tyler, à l’école. Après ce premier arrêt, sur la route de son rendez-vous, un vélo surgit alors devant elle. Tentant de l’éviter, c’est le dérapage, puis la collision. Cet accident de la route cause finalement la mort du cycliste, et peu de temps après, il apparait que les autres conducteurs impliqués, sont tour à tour sauvagement assassinés. Le commissaire Roy Grace, chargé de l’enquête, est persuadé que Carly sera la prochaine sur la liste.

Aux prises avec la mort” est un excellent polar, et malgré les personnages au début que je trouve un peu trop nombreux pour arriver à tous les mémoriser, on finit par côtoyer, au fur et à mesure, les principales figures de cette enquête, qui prend rapidement de la vitesse. Les meurtres perpétrés et leurs détails font froid dans le dos et l’on suit avidement les avancées de l’affaire, jusqu’à la traque de l’assassin ; froid, calculateur, et effrayant d’habileté.

En parallèle de cette enquête, est aussi présent un “fil rouge”, relatif à la vie personnelle de Roy Grace, et plus particulièrement à la disparition de sa femme Sandy, des années avant. Cette disparition, laissée en suspens à la fin du livre nous intrigue, et nous donne vraiment envie d’en savoir plus. Il est alors logique de penser qu’elle se poursuivra dès la prochaine enquête du commissaire Roy Grace, dans le dernier livre de Peter James, “Des enfants trop parfaits”.

J’ai découvert Peter James avec ce livre “Aux prises avec la mort“, mais si l’on souhaite garder la chronologie de sa vie personnelle évoquée en parallèle des enquêtes, et si celui-ci vous a convaincu, je pense qu’il serait intéressant de lire les enquêtes précédentes dans l’ordre.

Voici les autres polars de Peter James dont le héros est le commissaire Roy Grace :

– “Comme une tombe” (2006)

– “La mort leur va si bien” (2007)

– “Mort…(ou presque)” (2008)

– “Tu ne l’oublieras jamais” (2010)

– “La mort n’attend pas” (2011)

– “À deux pas de la mort” (2012)

Tous sont repris aux éditions Pocket, et son dernier roman “Des enfants trop parfaits”, est paru cette année chez Fleuve éditions.

Peter James est un écrivain et un producteur de cinéma britannique. Il a écrit 20 romans et compte parmi les auteurs de romans policiers les plus lus au Royaume-Uni.

http://www.peterjames.com/

 

Version papier (7.90 €)

Version numérique (13,99 €)