Action, suspense et humour pour ce très bon polar de Nils Barrellon !

Le jeu de l'assassin - Nils Barrellon

“Le jeu de l’assassin” de Nils Barrellon, paru chez City Éditions. Photo Monia Boubaker

 

Voilà un bon moment que j’avais très envie de découvrir cet auteur ! Ses deux romans, « Le jeu de l’assassin » et « La fille qui en savait trop » me tentaient beaucoup. Les deux livres mettant en scène le même personnage principal, le commissaire Kuhn, c’est donc par le premier, « Le jeu de l’assassin », que j’ai décidé de commencer.

Ce premier roman a été une très bonne surprise, car en plus du suspense, l’humour est très présent, chose que je n’avais pas deviné en lisant le résumé, ni en regardant la couverture. Une excellente surprise donc, une lecture comme je les aime, et que j’ai savourée jusqu’au dernier mot !

Pour aborder un peu l’histoire, nous sommes donc à Paris, plus précisément dans le quartier de la goutte d’or, dans le 18ème, où le cadavre d’une jeune femme est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Le commissaire Khun, est saisi de l’affaire, et cette première victime est rapidement identifiée. Mais bientôt, d’autres corps sont retrouvés, dont les multiples blessures présentent des similitudes avec le premier. Malgré les semblants de pistes, l’enquête finit par s’enliser. Et le meurtrier n’a pas peur de se montrer…

Dès les premières lignes, j’ai complètement adhéré au style d’écriture de l’auteur et ai entrevu les notes d’humour qui parsèmeront tout le livre, pour mon plus grand plaisir. Ceux qui viennent souvent me rendre visite ici et qui me lisent régulièrement, savent que la combinaison suspense/humour est celle que je préfère, et de loin. Autant vous dire qu’avec Nils Barrellon, j’ai vraiment été gâtée !

 

[…]

– Qu’est-ce qu’on a ?

– Une femme de type africain. Assassinée.

– Où est le corps ?

– Entre les rails de chemin de fer, au niveau de la gare du Nord. Sous le pont du boulevard de la chapelle.

– Tu y es, là ?

– Dans deux minutes, nous sommes encore dans la voiture.

– Qui est avec toi ?

– Anissa.

Par réflexe, je jette un œil sur mon poignet gauche à l’endroit où je porte d’ordinaire ma Speed-Master (quand je ne sors pas précipitamment de chez moi à la recherche d’une bonne tartine de pain frais). Superbe tocante suisse que mon ex-femme m’a offerte pour mes trente ans.

– Quelle heure est-il ?

– Huit heures quatorze, répond Letellier qui doit lire l’horloge du tableau de bord pour être si précis.

– OK. Je prends une douche et un café et je suis sur place dans…

Depuis Vanves, je prends le périph’ jusqu’à la porte de la Chapelle. À cette heure-ci, un dimanche, il sera fluide. J’enchaîne sur la rue Marx-Darmoy…

– J’y suis dans une trentaine de minutes. À tout de suite.

Je raccroche. Une pièce de puzzle verte sur l’écran de mon Samsung m’indique que j’ai reçu un sms. Je l’ouvre. HA ! HA ! HA ! Une erreur certainement. J’efface. […]

 

[…] Je me retourne et tombe nez à nez avec le procureur de la République Gardieux. Costume de lin beige, mocassins à pompons en cuir retourné, chemise blanche, le magistrat est en mode été. Malgré cette tenue vestimentaire plus décontractée qu’à l’habitude, c’est le même visage sévère qui fait face. Ses traits sont si durs que je n’arrive pas à l’imaginer en maillot de bain, sur la plage, en train de remplir une grille de sudoku. À la cool, quoi ! Nous avons le même âge ; pourtant, il en paraît dix de plus. Peut-être sa calvitie…

– Monsieur le procureur. Bonjour.

– Bonjour.

– Quelle élégance, dites-moi !

Il mime à merveille celui qui n’a pas entendu.

– Vous en pensez quoi ?

– Pour être tout à fait franc, rien du tout. J’arrive, il faut dire.

– De toute façon, je vous saisis de l’affaire. Je vous appelle dès que j’ai obtenu la date de l’autopsie. Vous m’excuserez, mais je ne peux pas rester plus longtemps. À bientôt, commissaire.

[…]

 

J’ai trouvé qu’il y avait pas mal d’action, et je ne me suis pas ennuyée une seconde. « Le jeu de l’assassin » est également un polar bien documenté. Les détails bien pensés et le jargon policier rendent le tout très crédible même si j’aurais voulu que ces derniers soient peut-être un peu moins présents. Mais je suis obligée d’admettre qu’ils collent parfaitement à l’ambiance et vont comme un gant aux personnages.

Malgré quelques petites ficelles déjà vues, mais qui ne m’ont absolument pas empêchée d’être absorbée par l’histoire, j’ai beaucoup aimé cette course contre la montre à travers le quartier de la goutte d’or, les descriptions, mais aussi les nombreuses références à Jack l’éventreur.

Pour finir, je dirais simplement que « Le jeu de l’assassin » est un très bon polar ; le personnage du commissaire Kuhn a été une belle rencontre, et j’ai hâte de le découvrir dans sa seconde enquête !

Nils Barrellon est un auteur talentueux que je suivrai désormais et que je vous encourage vivement à découvrir !

“Le Skyraff” de Thomas et Florence Gindre, un voyage dans l’univers fantasy, entre mythologie et magie !

 

Ecrire un roman

 

Que diriez-vous d’un voyage au pays des elfes, des Dieux et autres créatures magiques ?

Pour être honnête avec vous, je ne suis pas une lectrice de fantasy, c’est un univers que je connais peu, mais je ne suis pas moins curieuse ! Alors quand Florence m’a proposé de découvrir « Le Skyraff », un livre qu’elle a coécrit avec son jeune fils Thomas, j’ai tout de suite accepté ! De plus, je trouve que ce projet d’écriture mère/fils est une incroyable aventure ! Ce fut une lecture plaisante, plutôt divertissante, et dont je vous parle tout de suite un peu plus en détail.

 

Skyraff photo couverture

“Le Skyraff, tome 1 : le règne de l’empereur” de Thomas et Florence Gindre, paru aux Éditions de la Reine, et disponible sur Amazon en version numérique ou papier.

 

Tout d’abord, sachez que « Le Skyraff », paru aux Éditions de la Reine, est inspiré d’« Eragon » de Christopher Paolini, et que « Le règne de l’empereur » est le premier tome d’une trilogie.

Dans ce premier volet, nous allons à la rencontre d’Espa, un jeune garçon de 15 ans, qui se voit un jour confier un œuf, de la part d’un elfe. Cet œuf, Espa en prend grand soin même s’il ne sait pas du tout quelle créature il abrite. Un soir, l’œuf se fissure et laisse apparaître un louveteau, mais un louveteau pas comme les autres, car celui-ci a de belles ailes argentées ! Son nouveau compagnon, qu’il nomme Xénos, lui apprend qu’il est un skyraff, un loup ailé, une créature dont le rôle est d’aider à combattre les forces du mal. Mais un jour, alerté par la présence d’un skyraff, l’Empereur Narnienn, qui contrôle le pays, attaque le village d’Espa afin de les tuer tous les deux. Celui-ci n’a d’autre choix que de fuir, accompagné de Xénos, et de Nymphia, une conteuse, qui lui apprendra la magie et le maniement de l’épée, afin qu’il puisse affronter le terrible empereur…

Étant complètement novice en matière de fantasy, j’avais un peu peur de me sentir perdue et de ne pas arriver à entrer dans l’histoire. Et finalement, ma seule difficulté a été de retenir les noms des différents personnages, qui je trouve se ressemblaient beaucoup et que j’ai eu un peu de mal à mémoriser au début. Mais à partir du troisième chapitre, j’ai commencé à visualiser l’univers que me proposaient les auteurs, à apprécier les personnages, à m’y attacher au fil des pages, et à me laisser porter par le récit, fluide, extrêmement bien écrit.

 

[…] La conteuse marqua une pause, s’installa plus confortablement et entama son explication.

« Vous savez certainement que les dieux vivent au-dessus de la montagne Sacrée, et qu’il y en a cinq principaux. Trois dieux : Zeus, le roi des dieux et de la foudre, Poséidon, celui de la mer, Hadès, celui du royaume des morts, et deux déesses : Iris, celle de l’air et du vent, et Sallana, celle du feu. Ils ne vivent pas toujours là-haut et descendent parfois sur notre continent, pour se mêler aux humains, aux nains ou aux elfes. Depuis des décennies, l’Empereur tente de leur prendre leurs pouvoirs afin de régner en maître absolu. Pour cela, il utilise des moyens maléfiques et malhonnêtes ».

Espa ouvrit de grands yeux. Il n’en croyait pas ses oreilles ! L’Empereur, pas honnête ! Lui à qui tout le monde obéissait ! Xénos vint poser sa tête sur ses genoux, comme pour l’aider à appréhender cette nouvelle. Nymphia baissa les yeux d’un air triste et enchaîna :

« Je t’ai sauvé, toi, Espa, et pas les autres, car tu es quelqu’un de particulier. […]

 

J’ai beaucoup aimé le côté aventure, quête, qui côtoie celui des dieux et de la magie. Durant la lecture, je ne me suis pas ennuyée, et j’ai trouvé le récit vraiment bien rythmé. Si certaines scènes sont racontées parfois un peu rapidement, cela m’a permis de ne pas être ensevelie dans trop de détails et de ne pas perdre le fil de l’histoire.

L’action est présente du début à la fin, et les auteurs vont à l’essentiel.

Un moment de lecture agréable, que je conseille aux amateurs de fantasy, ainsi qu’à tous ceux qui souhaitent découvrir cet univers.

« Le Skyraff » est disponible en version numérique et version papier sur le site des Éditions de la Reine ou Amazon. C’est un livre que je conseille aux lecteurs de 12-15 ans.

“Un palace en enfer” d’Alice Quinn, suspense et humour au rendez-vous !

Un palace en enfer Alice Quinn

“Un palace en enfer, au pays de Rosie Maldonne” d’Alice Quinn, disponible en format numérique et broché avec Amazon.

 

Cette semaine, je vous parle d’une lecture numérique qui m’a énormément plu.

La couverture, dans un premier lieu, m’a attirée, mais c’est surtout la combinaison annoncée de suspense et d’humour, qui a vraiment achevé de me décider. Ce mélange est pour moi le mélange parfait, et ce que je recherche beaucoup dans la lecture.

Autant vous dire que je n’ai pas été déçue une seule seconde durant cette lecture, qui s’est révélée divertissante, particulièrement drôle tout en apportant sa dose de suspense. J’ai trouvé qu ‘Un palace en enfer” d’Alice Quinn proposait quelque chose de différent de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. Une histoire portée par un récit dynamique, bourré d’énergie, écrit dans un langage un brin familier, mais tellement représentatif de la réalité ! On ajoute à tout ça de la bonne humeur, du suspense et on saupoudre de quelques références musicales : un mélange plutôt détonnant qui m’a absolument convaincue !

Un palace en enfer” a été une lecture plutôt inattendue, avec une héroïne haute en couleurs et unique en son genre : Rosie Maldonne, dont je vous parle sans plus attendre !

Rosie Maldonne est une jeune mère de trois enfants, ayant un grand intérêt pour les tenues sexy, et qui n’a pas la langue dans sa poche. Vivant des versements du RSA, elle a fait d’une vieille caravane sa résidence principale. Pour nourrir et prendre soin de ses enfants, Rosie est habituée à mettre en place divers stratagèmes et à trouver seule des solutions quand les problèmes se présentent. De temps en temps, elle travaille d’ailleurs (et au black, bien sûr), comme serveuse dans ce café de la vieille ville, le Sélect.

Un jour, en allant chercher ses enfants à l’école maternelle, des policiers débarquent et veulent emmener le petit garçon de sa copine Véro, Simon. Véro, est apparemment introuvable et recherchée activement. Touchée par la détresse du petit, Rosie se dévoue pour prendre soin de lui, le temps que Véro réapparaisse. Mais le lendemain, comme pour faire opposition à ce nouveau souci qu’était cette bouche de plus à nourrir, voilà que la chance frappe enfin à sa porte : en fouillant une poubelle, Rosie découvre une grande enveloppe de papier kraft, débordant de billets de 100 euros ! L’occasion est trop belle, et Rosie s’en saisit sans perdre une minute.

Mais à qui était destiné tout cet argent ? Est-ce un piège ? Et pourquoi son amie Véro a t-elle disparu ? Où est-elle ?

 

Un palace en enfer Alice Quinn

 

(…) Je commence à me faire vieille. Vingt-quatre ans. Enfin presque vingt-cinq. J’ai trois gamins qui ne demandent qu’à pousser. Deux sortis de mon ventre. Le troisième m’a été échu par les circonstances de la vie. Je ne parle pas de ceux qui se retrouvent parfois sous mon toit pour des temps indéterminés… (…)

 

Ce roman est tout simplement un concentré d’énergie et de bonne humeur, sur un fond d’enquête ; et un roman que j’ai lu en un temps record ! J’ai adoré le personnage décalé de Rosie, à la vie difficile, mais dont l’auteure a choisi de tourner toutes les situations du côté positif. Vous n’aurez point de tristesse en lisant ces pages, mais plutôt le sourire, vous l’aurez compris.

 

(…) Et pour ce qui concerne la maison, c’est une façon de parler. En fait, on n’habite pas tout à fait une maison, mais une caravane. Modèle Caravelair 1985. Elle est posée à côté de l’ancienne gare désaffectée, au milieu d’un terrain vague tout ce qu’il y a de plus joli. Il est rempli de coquelicots l’été, de pâquerettes au printemps, et de bleuets des fois. Le reste du temps, c’est de la gadoue. J’ai posé des planches tout le long pour pouvoir accéder à mon domicile sans me crotter. Les enfants adorent cet endroit. (…)

(…) Ça faisait deux mois que quand les allocs arrivaient, il ne me restait plus assez pour acheter du café. Et moi, sans café, je suis à prendre avec des pincettes ! Sans mon carburant principal, je fais des crises de tachycardie. Des crises d’angoisses, quoi. Et ce bourricot d’Ahmed, l’épicier, qui ne veut plus me faire crédit parce que mon ardoise est trop grosse. Les autres épiciers du coin, n’en parlons même pas, c’est des Français, vous pouvez toujours courir avant qu’ils vous fassent confiance ! (…)

 

Une lecture plaisir que je vous recommande donc chaudement ! Pour ma part, le deuxième volet des aventures de Rosie Maldonne, “Rosie se fait la belle“, m’attend déjà sur la liseuse !

“Mystères dans les Highlands”, entre aventure et suspense, découvrez l’Écosse et ses secrets !

 

Ecrire un roman

 

Après une absence prolongée due à la finalisation de mon premier roman (dont je vous parlerai tout bientôt !), je reprends doucement le rythme des chroniques hebdomadaires en vous proposant cette semaine un petit roman jeunesse qui vous emmènera tout droit en Écosse !

Le premier tome de la trilogie “Mystères dans les Highlands“, “Premiers frissons en Écosse“, est une lecture que j’ai beaucoup appréciée. En dehors du fait que j’ai tout de suite été attirée par cette illustration de couverture évocatrice de mystères, et par le petit résumé de l’histoire annonçant aventure et château hanté ; j’ai beaucoup aimé le style d’écriture, fluide, simple, qui permet au lecteur de se plonger tout de suite dans l’histoire.

 

Mystères dans les Highlands Alain Surget Louis Alloing

“Mystères dans les Highlands”, “Premiers frissons en Écosse” tome 1, d’Alain Surget, illustré par Louis Alloing. Paru aux Éditions ABC Melody. Photo Monia Boubaker

Mystères dans les Highlands Alain Surget Louis Alloing

 

Premiers frissons en Écosse” a été une lecture très agréable. Dès la première page illustrée, on fait connaissance avec les personnages de l’histoire, et une carte dessinée informe le lecteur du voyage qu’il s’apprête à faire en compagnie de Romain, Hugo, Amytis, Thomas, Cerise et Mélissa.

 

Mystères dans les Highlands Alain Surget Louis Alloing

 

Les nombreuses illustrations colorées de Louis Alloing (notamment connu pour être l’illustrateur de la bande dessinée Marion Duval) parsèment ce petit livre des Éditions ABC Melody.

 

Mystères dans les Highlands Alain Surget Louis Alloing

Mystères dans les Highlands Alain Surget Louis Alloing

 

Aussi, j’ai trouvé très intéressant pour le lecteur d’apprendre à connaître l’histoire et les traditions écossaises, et de croiser lors de la lecture, des figures emblématiques de l’Écosse comme le célèbre écrivain Walter Scott, auteur d’Ivanhoé.

 

En quelques pages, le décor est vite planté, et alors que la classe de l’instituteur monsieur Moury est en route pour les terres mystérieuses d’Écosse ; en France, pendant ce temps, des cambrioleurs s’attaquent à une bijouterie et réussissent à voler colliers et parures de diamants.

Mais alors que les enfants attendent leur guide prévu par l’agence et qui selon l’instituteur, est normalement le même chaque année, celui-ci ne se présente pas. Victime d’un étrange accident, il est donc remplacé par un certain monsieur Coinneach Tomnahurich… Curieux…

Mais quel est le lien entre ces voleurs et cette classe d’élèves en voyage scolaire ?

Quelles autres surprises attendent le petit groupe ?

 

Mystères dans les Highlands Alain Surget Louis Alloing

 

La fin de ce premier volet m’a vraiment laissée sur ma faim, car on sait l’histoire loin d’être terminée lorsque l’on tourne la dernière page ! Pour en savoir plus et connaître la suite des aventures de la classe de monsieur Moury en Écosse, il faut vite aller chercher le tome 2, “Les secrets du château de Glamis” !

Mystères dans les Highlands” est un roman jeunesse de 90 pages, entre aventure et suspense, qui se lit très facilement, et que je conseille aux jeunes lecteurs de 7-8 ans.


“Les carnets de Cerise”, un très bel album, doux et touchant !

 

Ecrire un roman

 

En voilà un bel album tout doux, parfait pour cette fin d’année !

En plus des superbes dessins d’Aurélie Neyret et de cette très jolie histoire écrite par Joris Chamblain dont je vais vous parler sans plus tarder, j’ai craqué pour l’album en lui-même, car c’est vraiment un très bel objet !

 

Les carnets de Cerise Joris Chamblain Aurélie Neyret

“Les carnets de Cerise”, tome 1 : le zoo pétrifié, de Joris Chamblain et Aurélie Neyret, paru aux Éditions Soleil. Photo Monia Boubaker.

 

Cet album, édité aux éditions Soleil, rapporte l’histoire de Cerise, 10 ans et demi, qui rêve de devenir romancière (vous commencez à comprendre, pourquoi j’ai tout de suite aimé cette bande dessinée ? 🙂 )

 

Les carnets de Cerise Joris Chamblain Aurélie Neyret

 

Bref, Cerise, elle adore raconter des histoires, observer les gens et imaginer leurs vies, leurs secrets. Alors quand sa maman lui offre un journal intime, elle décide de s’en servir pour parler des personnes qu’elle adore et qui l’entourent, mais aussi pour mettre par écrit ses notes et observations concernant celles qui l’intriguent, comme ce vieil homme mystérieux, appelé « Monsieur mystère », qu’elle remarque pour la première fois du haut de sa cabane-cachette.

Qui est-il ? Et pourquoi trimballe t-il de gros pots de peinture à travers la forêt ?

Voilà une première vraie enquête pour la romancière en herbe, prête à collecter les indices pour enfin découvrir l’identité de ce Monsieur Mystère !

 

Les carnets de Cerise Joris Chamblain Aurélie Neyret

Les carnets de Cerise Joris Chamblain Aurélie Neyret

 

J’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour ce premier tome des aventures de Cerise, et la façon dont il a été réalisé. J’ai beaucoup aimé ce côté « journal » avec les écritures manuscrites, mêlées aux cases de bandes dessinées plus traditionnelles. Les deux forment un tout harmonieux, et donnent vie et poésie à ce très bel album.

 

(…) Et mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui au fond de nous, que l’on ne dit pas, mais qui fait ce que nous sommes. Du coup, j’essaie toujours de découvrir ce « quelque chose » quand je rencontre des gens. Je fais ça depuis toute petite, je ne sais pas trop pourquoi. Je crois que ça m’aide à mieux les comprendre… (…)

 

Un récit au message doux et empli d’innocence, de bienveillance ; dont les personnages sont très touchants, même cette Annabelle Desjardins, la voisine de Cerise, qui écrit des romans. Je crois que j’aurais bien aimé, quand j’étais plus jeune, avoir une madame Desjardins près de chez moi !

 

Les carnets de Cerise Joris Chamblain Aurélie Neyret

Les carnets de Cerise Joris Chamblain Aurélie Neyret

 

Les carnets de Cerise”, c’est un régal pour les yeux et le cœur, destiné aux petits comme aux plus grands.

Et évidemment, la fin de ce premier volet ne donne qu’une envie : découvrir la suite des aventures de Cerise avec les deux tomes suivants !