“Tu ne manqueras à personne” d’Alexis Aubenque : meurtre dans un lycée de Pacific View…

C’est l’été, et je vous emmène aujourd’hui en Californie,du côté de Pacific View, découvrir une enquête complexe et plutôt délicate du Lieutenant Gregory Davis !

 

Tu ne manqueras à personne Alexis Aubenque

“Tu ne manqueras à personne” d’ Alexis Aubenque, paru aux éditions J’ai Lu. Photo Monia Boubaker

 

Voilà un polar que j’ai lu avec grand plaisir et très vite, au bord de la piscine, entre deux longueurs, accompagnée du chant des cigales 🙂 (Oui, c’était chouette les vacances ! 🙂 )

Tu ne manqueras à personne” est mon premier roman d’Alexis Aubenque, et un roman policier très réussi, je dois dire !

Tout commence dans ce lycée de Pacific View où Lucy Torper, une élève adolescente mal dans sa peau et constamment malmenée par ses camarades, a été retrouvée assassinée dans les toilettes de l’établissement. Récemment arrivé à Pacific View, le Lieutenant Gregory Davis est donc chargé de l’enquête, qui se révèle pour lui délicate, d’autant plus que son fils Raphael fréquente ce lycée. Il se fait aider du sergent Veronica Bloom, amie proche de Faye Sheridan, journaliste au San Francisco Chronicle, qui, intriguée par les détails peu communs du meurtre, insiste pour couvrir l’affaire. L’esprit déjà occupé par l’étrange disparition de sa collègue deux mois plus tôt, Faye prendra tous les risques pour démasquer le meurtrier.

L’affaire n’étant pas abordée de la même façon par les deux protagonistes, Gregory Davis et faye Sheridan, j’ai vu deux facettes de l’enquête, est ai essayé tout au long de l’histoire de connecter les liens et indices. Mais pas facile avec Monsieur Alexis Aubenque qui sème les fausses pistes et les rebondissements, auxquels je me raccrochais à chaque fois ! C’est sûr, je me suis bien fait balader !

Au delà de l’intrigue bien pensée, la construction du polar est elle aussi bien étudiée et très intéressante, car le lecteur se voit offrir différents points de vue, et découvre les pensées et les émotions de plusieurs personnages clés de l’histoire.

J’ai aussi beaucoup aimé ce mystère qui entoure la mort de la femme de Davis, Charleen. Après les dernières pages, il est pour moi évident que le prochain volet nous en apprendra davantage sur le sujet. De plus, le personnage de Gregory Davis paraît complexe, les zones d’ombres sont nombreuses, ce qui m’intrigue et me donne vraiment envie d’en savoir plus.

Un point qui m’a par contre parfois un peu gênée : j’ai trouvé que les élèves du lycée n’étaient pas plus choqués que ça par la façon dont cette pauvre jeune fille a été assassinée. J’aurais voulu que l’auteur insiste plus sur l’horreur de cette situation surtout en ce qui concerne la réaction des personnages, proches ou moins proches de Lucy dans l’histoire. Alexis Aubenque, avec ce livre, pointe aussi du doigt le harcèlement scolaire et les problèmes que peuvent rencontrer les élèves qui “ne rentrent pas dans le moule”, de par leur personnalité ou pire, leur physique.

 

(…) En attendant l’arrivée des experts du CSI, il avait commencé l’audition des élèves les plus proches de Lucy Torper. Le directeur avait fourni aux inspecteurs trois salles de classe qui donnaient sur la cour intérieure. Des effectifs étaient venus en renfort. Un brouhaha funèbre parvenait jusqu’à eux, à ce troisième étage du bâtiment C. Beaver fit entrer une nouvelle lycéenne et resta à l’extérieur.

– Bonjour, comment t’appelles-tu ? demanda Bloom qui se leva pour l’accueillir.

– Megan.

– Tu peux t’asseoir ici si tu veux, dit Bloom en lui désignant un siège, face à Davis.

La jeune fille prit place et Bloom alla se rasseoir à côté du lieutenant.

– Je comprends que tu sois sous le choc, mais nous avons besoin de ton aide pour appréhender ce qui s’est passé. Tu crois que tu peux répondre à nos questions ?

La jeune fille avait les yeux rougis, comme la précédente. Bloom espérait que Megan serait plus en mesure de coopérer que Raquel qui n’avait pas été d’un grand secours. Incapable de formuler une phrase compréhensible au milieu de ses sanglots, elle avait seulement réussi à articuler que Lucy avait été la plus merveilleuse des amies.

– Oui, dit Megan qui renifla un grand coup.

Tu connaissais bien Lucy ? demanda Bloom.

– C’était ma meilleure amie.

– Excuse-moi de te poser la question, mais tu as une idée de qui aurait pu lui en vouloir ?

Le regard de Megan se durcit.

– Tout le monde. Il n’y a que des cons dans ce lycée.

– Pas forcément, dit Bloom.

Raquel avait répondu tout l’inverse.

– Ne faites pas semblant. Vous l’avez bien regardée Lucy ?

Malgré eux, l’image insoutenable de la jeune lycéenne décapitée s’imposa à leur esprit.

– Qu’est-ce que ça veut dire ? demanda Bloom.

– On est des monstres, voilà ce qu’on est ! dit Megan en se désignant à son tour.

Petite, un certain embonpoint, le visage bouffi. Comme Raquel, et Lucy.

– Des monstres ? s’étonna Bloom.

– On est moches, on est des grosses ! Tout le monde se moque de nous. (…)

 

Je n’avais pas lu la première enquête de Gregory Davis et Faye Sheridan, “Ne crains pas la faucheuse“, et “Tu ne manqueras à personne” peut tout à fait se lire indépendamment de ce premier volet. L’auteur ne nous laisse pas dans le noir lorsqu’il parle de ce qui s’est passé avant. Cela dit, pour connaître avec précision la chronologie de certains événements de la vie des personnages principaux, je pense qu’il est préférable de lire d’abord “Ne crains pas la faucheuse“. D’ailleurs, je ne tarderai pas à m’offrir cette petite séance rattrapage, car ce polar d’Alexis Aubenque m’ a vraiment convaincue, autant par la qualité de sa plume que celle de l’intrigue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.